Avis à qui lira :

Cette charte résume les engagements que sont invitées à prendre les personnes ou structures travaillant dans le secteur du spectacle, qu'elles soient du côté de l'artistique, de la technique, de la production, ou de l'accueil du public. Cette charte s'appuie sur la volonté sincère et nécessaire de chacune de celles et ceux qui se l'approprient.

CHARTE DE L'ÉCO-SPECTACLE

version juillet 2021

 

INTRODUCTION

    Nous, personnes œuvrant dans le spectacle vivant, sommes conscientes de l'impact environnemental de notre secteur d'activité. 

    Nous voulons participer à la construction d'un modèle de société soutenable. Nous ne voulons plus créer, produire, diffuser, représenter, dans le déni de la crise écologique actuelle. 

    

    Considérant que le secteur du spectacle vivant ne se donne pas suffisamment les moyens d'avancer vers le respect de la charte de l'environnement de 2004 à laquelle se réfère le préambule de la constitution française, nous, signataires, nous constituons en réseau et nous engageons à exercer notre activité selon les principes d'une écologie éthique, cohérente, pragmatique et rationnelle.

        

    Ce texte a une vocation double : il représente un engagement moral pour celles et ceux qui le signent et se veut aussi un guide pour accompagner les personnes et structures dans une démarche proche de la nôtre.

LA CRÉATION

 

Décors et Accessoires

Intégrons l’écologie à la conception de nos scénographies.
Évitons le neuf, recherchons les éléments disponibles sur les lieux de représentation, réutilisables. Privilégions la récupération, la restauration, le recyclage. Pour les éléments neufs, choisissons des matériaux éthiques, non-nocifs, locaux et au faible impact en énergie de production.
Imaginons des scénographies écologiques, originales et novatrices, notamment qui pourront faciliter un transport économe en énergie.
Dès le début du processus, envisageons toutes les étapes de la vie de la scénographie, de la conception jusqu'au recyclage en fin d’exploitation.

Costumes

Aux industries textiles polluantes, privilégions les alternatives, la location, l'échange, la seconde main et le réemploi. Quand la fabrication ne peut être évitée, alors récupérons, utilisons les chutes, choisissons les matières et les teintures traçables, durables, issues d’entreprises locales et engagées dans une démarche écologique.

Valorisons les compétences en conservant les métiers de costumier.e et d'habilleur.se afin que les costumes durent plus longtemps et apportent une valeur ajoutée aux créations. Prenons en compte dans les délais et rémunérations les enjeux environnementaux. Évitons les lavages trop fréquents avec des lessives polluantes.

Mutualisons les stocks, créons des espaces d'échange et de partage. Ne jetons plus.

Cosmétique

Sortons d'un système destructeur pour les écosystèmes via l’utilisation de maquillage et autres produits cosmétiques polluants, d'emballages plastiques ou non recyclables, d'incitation au gaspillage.
Limitons l’utilisation de produits cosmétiques, et s’ils sont indispensables favorisons les ressources durables, la fabrication maison, le zéro déchet, les matières à faible impact environnemental. Utilisons des produits non traités sur les animaux.
Allons vers des entreprises locales et respectant les animaux, l’environnement et la santé.

Énergie, son et lumière

Envisageons une simplicité volontaire de la technique autour des spectacles.

Refusons le gigantisme, les caprices, les excès de consommation.

Cherchons une manière douce de sonoriser, une optimisation de l'acoustique, un refus des pollutions sonores ou lumineuses, avec leurs corollaires d'effet sur notre santé et celle de nos éco-systèmes. Inspirons-nous des techniques éprouvées, telles que l'acoustique des théâtres antiques et des opéras.

Sachons tirer le meilleur des possibilités offertes par les progrès techniques en terme d'économies à l'utilisation, mais aussi lors des transports. Prenons en compte l'impact de la fabrication dans nos investissements en matériel sonore ou lumineux.

LA REPRÉSENTATION

Transport

Déplaçons-nous, lorsque les trajets sont courts, à pieds, à vélo ou trottinette, ou encore en empruntant les transports en commun. Pour les moyens ou longs trajets, prenons le train.

Si la voiture est indispensable, mutualisons : auto-partage, co-voiturage, mutualisation des transports de matériel.

Intégrons la composante transport lors de la conception des spectacles.

Mettons en rapport la distance des déplacements avec la quantité des représentations et actions culturelles qu'ils permettent. Pour les déplacements longue distance ne pouvant se faire autrement qu’en avion, assurons-nous que c’est au service d’un échange culturel riche et sur un temps long.

Incitons le public à penser les transports de la même façon.

Hébergement

Organisons nos tournées et résidences en cherchant un mode d'hébergement le moins impactant possible.

Composons avec le fait qu’il n’existe pas encore de solution idéale, en exigeant confort et intimité, et non luxe.

Réconcilions-nous avec le temps long, la résidence, le plaisir de jouer plusieurs représentations au même endroit. Imaginons des formes de tournée alternatives : dans une seule commune ou département, en appartement avec hébergement des artistes, mobile en roulotte, caravane, tente, yourte, camping-car.

Allons à la rencontre des lieux d'hébergement, hôtels, gîtes, chambres d'hôtes, qui proposent une démarche raisonnée et écoresponsable.

Alimentation

Demandons une alimentation éthique, tant pour l'environnement que pour notre santé, le respect des autres animaux et de la vie sur terre en général. Pour cela supprimons les produits issus de l’exploitation animale et tournons-nous vers les aliments certifiés et labellisés écoresponsables, équitables, locaux, biologiques et de saison.

Dirigeons-nous vers le zéro déchet en bannissant les couverts jetables, le suremballage et les bouteilles plastiques.

L'ADMINISTRATION

​Communication

Élaborons le message transmis et le support utilisé suivant une communication responsable. Responsable dans le fond : honnêteté du message véhiculé, respect des valeurs humaines et écologiques. Et responsable dans la forme : choix du papier ou du numérique suivant la nature du message, des matières premières, de la consommation d’énergie, des méthodes et du lieu de fabrication, du mode de distribution ainsi que de la possible valorisation du produit en fin de vie.

Quand le support papier est incontournable, préférons les typographies peu consommatrice d’encre, évitons les aplats de couleur, optimisons les formats à imprimer et privilégions papier recyclé et encres végétales.

Associons-nous à des entreprises engagées dans une démarche de développement durable.

Choisissons, pour le numérique, les équipements les moins puissants possibles, à changer le moins souvent possible, et réduisons les usages énergivores.

Social

Considérons la transition écologique comme conduisant à une meilleure santé des individus, de la société, de la planète, mais aussi à un confort différent et plus profond.
Approprions-nous les outils ou démarches allant dans ce sens : La Communication Non-Violente, le diagnostic des efforts ou éventuelles surcharges entraînés par la transition, la création de postes de responsables écologie.

Innovons.

Encourageons la recherche et la création de formations qui proposent des passerelles entre écologie et pratiques professionnelles.

Rendons accessible la culture au plus grand nombre, par un bas coût voire une gratuité et par le développement de l'action culturelle.